Les voitures écologiques bientôt équipées de plaques vertes en France ?

1
508
Voiture électrique

Afin de distinguer les véhicules écologiques du reste des voitures dans le trafic routier, de nombreux pays mettent en place la plaque d’immatriculation de couleur verte. Mais pourquoi installer de telles plaques en France alors que la vignette Crit’air est déjà présente sur nos véhicules ? Voyons les avantages de cette probable future plaque d’immatriculation.

Pourquoi instaurer de nouvelles plaques d’immatriculation vertes ?

La mise en place de plaques d’immatriculation de couleur verte est la solution adoptée le Canada, la Chine et bientôt la Grande-Bretagne, pour identifier les véhicules électriques ou hybrides ayant de faibles émissions de gaz à effet de serre. Si cette solution venait à voir le jour en France, les propriétaires de véhicules écologique pourraient bientôt faire l’acquisition de leurs plaques vertes dans ce contexte.

Cette solution permet de promouvoir la mobilité verte et bien d’autres pays ont déjà mis en place cette méthode d’identification des véhicules écologiques. La plaque d’immatriculation présente un fond vert avec des caractères de couleurs blancs. L’attribution de plaques minéralogiques vertes est faite pour inciter les automobilistes à acquérir des véhicules peu polluants. Mais quels sont les avantages pour ces automobilistes d’avoir une telle plaque installée sur leurs véhicules ?

Les avantages de la plaque d’immatriculation verte

En France, nous disposons de la solution d’identification des véhicules écologiques avec la vignette Crit’air, mais celle-ci n’est pas clairement identifiable, car elle est de faible dimension et installée seulement sur le pare-brise avant du véhicule. Impossible de déterminer si un véhicule répond aux critères écologiques vue de derrière. La plaque d’immatriculation verte permettrait de répondre à ce problème d’identification.

Au Canada, cette solution y est déjà mise en place et permet aux automobilistes équipés d’un véhicule à faible émission de gaz à effet de serre d’emprunter les voies d’accès réservées aux bus. L’objectif principal de cette incitation est de réduire les ventes de véhicules diesel ou essence, en favorisant les achats de véhicules écologiques, pour améliorer la qualité de l’air et limiter ses effets sur notre santé.

La qualité de l’air a des effets sur notre santé

D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la mauvaise qualité de l’air serait responsable du décès prématuré d’environ sept millions de personnes. La pollution de l’air est donc très dangereuse pour l’organisme, elle serait à l’origine de nombreuses maladies telles que les maladies cardio-vasculaires, certains cancers et des AVC. Il est donc important de remédier le plus rapidement possible à cette situation. Espérons que l’utilisation en masse des voitures électriques et hybrides permettra d’améliorer rapidement la qualité de l’air.

1 COMMENTAIRE

  1. Certaines appellent cela de l’incitation, perso j’appelle ça de la stigmatisation. Le marketing dérive de plus en plus vers l’ingénierie sociale, avec la complicité des gouvernements.

    Le nudge est l’exemple parfait de ce que le « libéralisme » nous réserve pour l’avenir. Un contrôle sournois des populations. Si on veut réduire les ventes de véhicules diesels il suffit d’interdire leur fabrication/importation à partir d’une certaine date. Ils disparaîtront automatiquement.

    En plus quand un nombre significatif de plaques vertes rouleront, la voie de bus sera simplement une voie de plus pour les voitures, ce qui rendra les transports en commun moins attractifs et fera augmenter la pollution.
    Une fois de plus ce sont les pauvres qui n’ont pas les moyens d’acheter un nouveau véhicule qui passeront pour des pollueurs pendant que les riches se donneront bonne conscience.

    Acheter une nouvelle voiture « verte » pollue plus que de rouler sa vieille voiture encore quelques années. L’extraction des matières premières, leurs transformations ainsi que leurs recyclages ont un coût environnemental important. Sans parler de la construction des infrastructures nécessaires, fabrique de batterie et autres composants high tech, déploiement des bornes, etc. Ensuite il faudra aussi construire quelques centrales nucléaires de plus.
    Elle est belle la « transition écologique » qu’on nous promet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici